Questions fréquemment posées

1. Quelle est la différence entre une monture CS et C ?

Les montures du type C ou CS sont des raccords filetés permettant de fixer un objectif sur la caméra. La différence est la surface d'appui entre les éléments de lentilles et la caméra vidéo. Sur un raccord de monture C, la surface d'appui est de 17,526 mm et sur un raccord de monture CS de 12,5 mm.

2. Peut-on visser des objectifs à monture CS sur des caméras à monture C ?

Non, cela est impossible.

3. Les objectifs à monture C peuvent-ils être vissés sur des caméras à monture CS ?

Il est possible d'adapter un objectif à monture C sur une caméra à monture CS à l'aide d'une bague d’adaptation de 5 mm (VM400) qui est vissée entre l'objectif et la caméra!

4. Quelle est la différence entre une caméra J/N électronique et une caméra J/N mécanique ?

Afin de pouvoir travailler d'une part avec une faible luminosité et d'autre part avec des rayons IR, les caméras commutent du mode couleur (jour) au mode N/B (nuit). Sur une caméra J/N mécanique, la salve de couleur est arrêtée et le filtre de blocage IR situé devant le capteur d'image est déplacé mécaniquement. De ce fait, la lumière IR peut accéder au capteur sans problème.
Sur une caméra J/N électronique, seule la salve de couleur est arrêtée. Le filtre qui se trouve toujours devant le CCD laisse pénétrer seulement une lumière IR de 850 nm environ.

5. Quels sont modèles de caméras les plus performants, les caméras J/N mécaniques ou électroniques ?

Sur le plan technique, les caméras J/N mécaniques ont un rendement plus élevé, étant donné que le jour, en cas d'ensoleillement, elles fournissent des images fidèles dans le rendu des couleurs et que dans l'obscurité, le filtre étant déplacé, elles peuvent fonctionner avec la lumière IR.
Les caméras à commutation électronique laissent pénétrer la lumière IR avec une longueur d'ondes de 850 nm seulement. De ce fait, l'utilisation de la lumière IR est limitée ; en cas d'ensoleillement, il est possible que l'on constate une dénaturation des couleurs.

6. L'indice de protection IP de quoi s'agit-il ?

L'indice de protection IP (Ingress Protection) désigne la protection anti-intrusion des appareils techniques. L'indice de protection est indiqué par deux chiffres situés après les lettres IP. L'indice IP sert à déterminer la protection de l'appareil.
Le 1er chiffre informe de la protection contre un corps fixe dans l'appareil.
0 - sans protection
1 - Diamètre inférieur à 50,0 mm (protection du dessus de la main)
2 - Diamètre inférieur à 12,5 mm (protéger des doigts)
3 - Diamètre inférieur à 2,5 mm (protection de l'outil)
4 - Diamètre inférieur à 1,0 mm (protection du fil)
5 - Protection anti-poussières (protection anti-contact intégrale)
6 - Etanche à la poussière (protection anti-contact intégrale)

Le 2e chiffre nous informe de la protection de l'appareil contre la pénétration de l'eau avec des effets néfastes.
0 - (sans protection)
1 - Gouttes verticales
2 - Gouttes avec un angle par rapport à la verticale de 15°
3 - Pulvérisation d'eau (jusqu'à 60° par rapport à la verticale)
4 - Projection d'eau
5 - Jet d'eau (dans toutes les directions)
6 - Inondation passagère
7 - Submersion temporair

7. Quels sont les objectifs adaptés aux caméras MP3DN-2 ?

M0814MP, M1214MP, M1614MP, M2514MP, M3514MP, M5018MP, M7514MP.

8. Quels DVR peuvent transmettre des images à un PDA ?

Les séries Digimaster et ZR-DHC peuvent transmettre des images à un PDA. Pour cela, vous avez besoin du logiciel gratuit pour votre PDA. Le logiciel est accepté seulement par des appareils mobiles Windows.

H.264 pour la série DIGIMASTER, il ya aussi des logiciels pour smartphones différents, tels que. appareils iPhone ou Android basé.

9. Peut-on transmettre des signaux TCP/IP à l'aide d'un câble coaxial existant ?

Oui, avec l'appareil complémentaire CN-HWC. Ces appareils disposent d'un côté d'un connecteur de réseau et d'une connexion BNC de l'autre côté, ce qui permet de transmettre 100MB/s sur une distance de 250 m. En cas de distances plus longues, la largeur de bande disponible diminue.

10. Qu'entend-on par objectifs asphériques ?

Les objectifs asphériques ont été mis au point, afin d'obtenir davantage de lumière dans l'objectif. Cela est possible grâce au traitement de surface spécial des lentilles. En outre, la scène représentée est d'une grande netteté sur les bords, étant donné que les rayons, qui pénètrent dans l'objectif, se rejoindre à un même point, ce qui n'est pas le cas pour les objectifs sphériques habituels.

11. Qu'entend-on par objectif avec correction IR ?

Les ondes magnétiques du champ visible et du champ IR sont de longueurs différentes. En traversant les lentilles de l'objectif, celles-ci sont réfractées différemment et de ce fait, elles se focalisent sur deux points de netteté différents. Cela donne des images floues entre les images couleur et les images en blanc et noir. Les objectifs avec correction IR sont fabriqués à partir d'un verre spécial qui réfracte de la même manière tant les longueurs d'onde du champ visible que celles du champ IR en se focalisant toujours sur le même point.

12. Peut-on utiliser des objectifs sans correction IR avec un éclairage IR ?

Oui, cela est possible. Sur les caméras noir/blanc, les objectifs sont réglés de sorte que l 'on obtient des images nettes de jour comme de nuit.

13. Qu'entend-on par objectifs mégapixels ?

Cela paraît incroyable, mais même un objectif dispose d'une résolution. Celle-ci est limitée par le choix du verre. Les objectifs normaux pour une application CCTV ont une résolution de 500 000 pixels environ. Pour les objectifs mégapixels, il n'existe aucun standard, cependant, on parle d'un objectif mégapixel dès qu'il dispose d'une résolution de 1 000 000 pixels.

14. Comment CBC définit-elle un objectif mégapixel ?

Nos objectifs mégapixels ont au centre une résolution atteignant 5 000 000 pixels, en permanence et de 1 000 000 pixels sur le bord de l'image ou plus.

15. Est-il possible d'accéder à distance (Remote) aux enregistreurs numériques par le réseau ?

Oui Tant la série C-MP, la Digimaster que la ZR-DHC, elles disposent d'un logiciel Windows gratuit qui permet d'accéder aux enregistreurs via le réseau.

En outre, il est possible d'établir une liaison avec Internet Explorer. En principe, dans ce cas, il n'est pas nécessaire d'installer un logiciel supplémentaire.

16. Je souhaite observer mes caméras à l'aide d'Internet. Est-ce que cela fonctionne également ?

Oui, à condition que les enregistreurs soient connectés à Internet. Souvent, on utilise pour cela un routeur.

17. Que dois-je respecter pour accéder à Internet via un routeur ?

D'abord, il faut allouer une adresse IP statique (fixe) à l'enregistreur. Celle-ci doit est disponible dans le réseau et ne doit pas être déjà utilisée par un autre appareil (PC, imprimante, etc.).

De plus, celle-ci doit être du même espace d'adresse que le routeur. Si le routeur a par ex. l'adresse „192.168.0.1“, il faut allouer par ex. l'adresse 192.168.0.100 à l'enregistreur.

En outre, il faut installer une transmission de port sur le routeur. Concernant l'exemple ZR-DHC, il s'agirait dans la configuration standard 12000, 12001 et pour l'accès via Internet Explorer le port 80. Veuillez consulter à ce sujet le manuel d'utilisation du routeur.

18. Faut-il une adresse IP statique (fixe) de la part de mon fournisseur d'accès Internet ?

Non, cela n'est pas absolument nécessaire. Il est possible d'utiliser les fonctions DDNS intégrées de l'enregistreur ou d'avoir recours à un fournisseur tel que DynDNS.org qui est également gratuit. De nombreux routeurs acceptent cette option.

De ce fait, en cas d'adresse IP changeante comme est le cas auprès de la plupart des fournisseurs d'accès Internet, on dispose d'une adresse Internet statique (fixe) comme par ex. http://meinrekorder.dyndns.org.

19. Le transfert des images via Internet est relativement lent. Quelle est la cause ?

Cela dépend surtout de la vitesse avec laquelle l'enregistreur peut envoyer les données "via Internet" (upload). Un exemple : avec une connexion DSL 2000, il est possible de télécharger des données avec environ 2 MBit ; cependant, le téléchargement vers un serveur n'est que de 192 KBit. Ce dernier correspond à peu près à trois fois la vitesse d'une connexion ISDN.